Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


lundi, 03 mars 2008

TROUBADOURS CARAVANE à Douzens le 16 avril à 20h30

365cc20abf54f277a1f70e1cbb7e181c.jpg
direction Gérard Zuchetto
sont heureux de vous présenter



TROUBADOURS CARAVANE b2098d88630943b2a2721c054f021614.jpg
Occitanie Japon Irak - Création 2008

mercredi 16 avril 2008 à 20h30

au Théâtre de Douzens

2 rue Foyer

11700 DOUZENS

Réservations et renseignements : 08 72 95 90 46 / 06 08 33 56 44

Troubadours Caravane, est un spectacle né des différentes formes du trobar occitan en regard de l'art poético-musical en Occident et en Orient.

C'est un hommage à ceux qui ont inventé le sens profond du Génie d'Oc et de la littérature moderne Européenne : les troubadours. Parce qu'ils connaissaient les pratiques de la parole libre en chansons dans le monde entier, leur art reste universel.

Une rencontre exceptionnelle avec Sandra Hurtado-Ròs, Andalousie, Fawzy Al Aiedy, Irak, Junko Ueda, Japon, JJ Kotto-Bekima, Wil Offermans, Michel Raji, Gérard Zuchetto, les musiciens de Troubadours Art Ensemble et les structures Baschet par Frédéric Bousquet.

ARTISTES PARTICIPANTS

EUROPE OCCITANIE Troubadours Art Ensemble avec Sandra Hurtado-Ròs et Gérard Zuchetto
V.Condesse, harpe - D.Dowling, flûtes - P.Villaumé, vielle à roue ténor - structures sonores et Cristal Baschet par Frédéric Bousquet

HOLLANDE Wil Offermans, flûte contemporaine

ORIENT JAPON Junko Ueda, Satsuma-Biwa, les Heike Monogatari

MOYEN ORIENT IRAK Fawzy Al Aiedy, ûd, chants du Maquâm et arabo-andalous

CAMEROUN - BULGARIE J.J. Kotto-Bekima, Stick Guitar

LES SOURCES

Cansos de trobar


Les troubadours chantent amour, joie et jeunesse, dans une savante alchimie des mots et des sons. La canso de trobar est ouvrée et forgée de mots de valeur. Pendant deux siècles, ces artistes de la parole libre s'inventent une esthétique nouvelle, art de trobar. Pour comprendre et ressentir cet univers, délibérément exposé en plana lenga romana, occitan, il faut lire entre les lignes et cheminer dans l'enchevêtrement métrique et mélodique des chants. Cet entrebescamen est autant artistique qu’amoureux. Trouver pour aimer, aimer pour trouver, créer, inventer et se dépasser. La domna, la dame, est placée au centre de la création lyrique. Les cours occitanes, espagnoles, italiennes, celles d’outra mar, Tripoli ou Jerusalem et les personnages politiques influents, accueillent ces poètes-musiciens, chanteurs, avec un intérêt certain. Quand les grands de ce monde participent au débat poétique, les troubadours se mêlent au débat politique. Dans un contexte de convivialité et parage, convivencia e paratge, naît et s'épanouit le trobar, aujourd’hui considéré, à juste titre, comme le berceau des littératures actuelles.

Chant du maquam et le chant arabo-andalou

Le maquam est à la fois le lieu qu'occupe le musicien et le mode dans lequel il va oeuvrer. Dans le monde arabe, l'improvisation est une forme de musique essentielle, selon divers modes et l'humeur. Il y a 199 modes, il en circule une trentaine. Le maquam, chanté ou instrumental, est particulièrement cultivé en Irak où il représente un élément essentiel du prestigieux héritage abbasside. Il mêle musique écrite et musique orale, art savant et art populaire dans une émouvante tradition mélodique et poétique faisant s'envoler l'improvisation et l'imagination. « Le patrimoine musical arabo-andalou chanté à Bagdad, Alep, Damas, Le Caire, Tunis, Constantine, Alger, Tlemcen, Fès, Tétouan et sans doute dans les villages d'Andalousie où quelques bribes de ce patrimoine subsistent encore en version espagnole dans les répertoires locaux » Nadir Marouf. La musique arabo-andalouse, aussi appelée al-ala ou al-andaloussi au Maroc, gharnati, san'â ou malouf en Algérie, en Tunisie et en Libye est un genre musical profane, classique ou savant, du Maghreb, distinct de la musique arabe classique pratiquée au Moyen-Orient (ou Machrek) et en Égypte. Elle est l'héritière de la musique chrétienne pratiquée en Espagne avant la Conquista, de la musique afro-berbère du Maghreb et de la tradition musicale arabe transmise au IXe siècle de Bagdad (alors capitale des Abbassides) à Cordoue et Grenade grâce notamment à Abou El Hassan Ali Ben Nafiq ou Ziriab, musicien brillant qui en créa à l'époque les bases, en composant des milliers de chants et en instituant le cycle des noubat, composées de formes poétiques tels le muwashshah ou le zajal (qui furent une des sources des Cantigas de Santa Maria du roi Alphonse X de Castille, et du flamenco). La nouba se distingue de la wasla et de la qasîda arabes tant par ses modes que par ses formes.

Chant des Heike monagatari

Heike Monogatari, c'est-à-dire « le Dit des Heike ») est une épopée qui raconte la lutte entre les clans Minamoto et Taira au XIIe siècle pour le contrôle du Japon. Recueillis de la tradition orale en 1371 et considérée comme l'un des grands classiques de la littérature japonaise médiévale, elle est un produit de la tradition des Biwa hōshi, bonzes aveugles qui sillonnaient le pays et gagnaient leur vie en récitant des poèmes épiques tout en s'accompagnant au biwa (luth). Le Heike Monogatari appartient au genre des chroniques guerrières, les gunki, tout comme le Hôgen Monogatari, « Récit (des troubles) de l'ère Hôgen » et le Heiji Monogatari, « Récit (des troubles) de l'ère Heiji ». Cependant le Heike Monogatari est de loin le plus célèbre, cette « Geste des Taira » comptant au moins une centaine de versions. La plus fameuse comprend douze livres et s'appuie sur un manuscrit fort ancien, daté de l'ère Enkei (1308-1309). (...) Le Dit des Heike a fourni le matériau de base pour nombre de travaux artistiques ultérieurs, surtout des pièces de théâtre nô, de kabuki, et des ukiyo-e.

Chants Séfarades


Musique séfarade : on associe souvent « séfarade » à « non-ashkénaze » alors que le terme signifiait originellement « d'ascendance juive hispanique ».) De nombreux Marocains d'un certain âge chantent encore des romances (ballades) dont on peut retracer l'origine à la poésie espagnole d'antan; on peut aussi entendre des chansons paraliturgiques dans une langue teintée d'hébreu et de judéo-espagnol, de même que des chansons de mariage, de récréation ou des poésies lyriques en « haketiá » (judéo-espagnol marocain) et en« Ladino » (« Dzudez » et « Spaniol »). Séfarade désigne la péninsule ibérique, en hébreu. Les Séfarades s'y sont implantés environ 500 ans avant JC. Cette communauté juive a prospéré et elle occupait des postes administratifs importants sous l'occupation maure. Lors de la Reconquista, elle a dû fuir l'Espagne. La langue de ces chansons est un espagnol du quinzième siècle qui a peu évolué depuis, en raison de la diaspora. Il s'est toutefois imprégné des différentes cultures où les Séfarades se sont installés (dans le sud de la France, l'Italie, la Grèce, le Maroc, la Turquie et les pays de l'Est). Il est intéressant de constater qu'une même chanson accueille parfois des influences diverses, voire des textes variés. On rencontre, à l'inverse, plusieurs mélodies s'inspirant d'un même texte.

LES ARTISTES

JUNKO UEDA

9921b5dc6ee71f3e8aa8dee539c62744.gif
Née à Tokyo, au Japon, Junko Ueda étudia le satsuma-biwa avec la célèbre Kinshi Tsuruta et le shomyô, chant bouddhique japonais, avec Kôshin Ebihara. Elle étudia également le piano et la composition (avec Jôji Yuasa) au Collège de musique de Tokyo. Au début des années 80, elle travailla comme pianiste dans de nombreuses mises en scène de la troupe Brecht Kollectiv basée à Tokyo. Entre 1986 et 1988, elle joue du satsuma-biwa et du kugo (l'ancienne harpe japonaise) dans une série de concerts au théâtre national de Tokyo. Depuis 1988, Ueda vit en Europe. Elle présente ses concerts en solo pour biwa et voix et son atelier vocal de shômyo dans de nombreux pays du monde et aux festivals de musique. Son CD de biwa traditionnel "Heike Monogatari" (AIMP//DE Genève, 1991) enregistré au monastère montagnard de Hiei-zan, au Japon, a été récompensé par le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros à Paris.

SANDRA HURTADO-ROS

28cb0f59f72008bcb307d289eb5154b8.gif
Les études de chant au Conservatoire de musique de Narbonne puis à Aix-en-Provence permettent à cette jeune soprano de découvrir la musique baroque et médiévale. Après quelques expériences comme soliste dans le chant choral, Sandra Hurtado-Ròs étudie la lyrique des troubadours aux côtés de Gérard Zuchetto et devient soliste de TROUBADOURS ART ENSEMBLE. Sandra Hurtado-Ros est également co-compositeur avec Gérard Zuchetto de l'oratorio Milgrana Clausa et de Flamenca ! Dans ses interprétations Sandra Hurtado-Ròs exprime sa passion pour la mélodie des cansos et renoue ainsi avec ses racines Sévillanes et le chant profond de son Andalousie natale.

FAWZY AL-AIEDY

bad29b0d4887c0b32eb5877cc64c0120.gif
Compositeur, Interprète Il s'intéresse surtout aux musiques métisses, toutes celles qui rapprochent les hommes, reflètent une créativité, une émotion et font vibrer. Il chante la poésie mêlant à sa voix la musique populaire et savante, orale et écrite. Ses connaissances des musiques orientales et occidentales l'ont affranchi des règles pour mener sa propre quête spirituelle et artistique. Un répertoire d'où émane une logique harmonieuse, riche et ouverte. La scène - son univers - lui permet de partager sa double culture musicale, son histoire et d'assouvir son plaisir naturel de communiquer ; le tout inscrit dans une forte musicalité. Sa musique nous entraîne vers des contrées novatrices et modernes où la rigueur et l'esthétisme musical du maquâm jouent des rôles essentiels.

WIL OFFERMANS

b4684414c64c8919374b56007cb2225b.gif



né à Maastricht, Hollande, diplômé du Brabants Conservatory flûte et musique improvisée, il se produit dans le monde entier et notamment au Japon comme soliste en concert ou pour des performances de musique improvisée.

JEAN JACQUES KOTTO-BEKIMA

1ab104cb9b1b3176eb2d869a717bff08.gif
C'est en 1984 que JJKB débute la musique avec une guitare électrique, influencé par le Hard Rock. S'intéressant à d'autres styles musicaux, Afro Beat, musiques urbaines et musques traditionnelles de l'Europe de l'Est, il s'initie au tapping une technique développée par les guitaristes
Eddie Van Halen ou Joe Satriani et surtout Stanley Jordan musicien virtuose qui donna vraiment un sens pianistique à cette pratique. En 1993 JJKB adopte le Stick 10 cordes, instrument conçu en 1972 en Californie, spécifique au tapping et permettant de nombreuses combinaisons harmoniques. Plus tard JJKB crée lui-même son prototype avec lequel il joue aujourd’hui.

MICHEL RAJI

54a040ea0c37428c9b4285ae66d45c07.gif

Artiste chorégraphe et pédagogue, son parcours professionnel de danseur contemporain, ses explorations multiples sur la Pulsation du Souffle, sur la profondeur des Rythmes qui fondent et harmonisent les mouvements du corps humain de la marche et du tournoiement, lui ouvrent la voie sur une expérience nouvelle, artistique et spirituelle, qu'il met en scène, initie et transmet lors de ses spectacles, ateliers et stages.

FREDERIC BOUSQUET

8fab5e0ebf0d1ce513f8974ace8a863c.gif Percussionniste Structuriste, il étudie la percussion à l'ENM de Brive et au CNR de Toulouse. Parallèlement il obtient un DUT et une maîtrise de conception de système technique. Il découvre les structures sonores en 1981, la rencontre de Bernard BASCHET l'engage à poursuivre sa double formation musicale et scientifique. En 1998 il devient assistant de Bernard et François BASCHET et contribue à la fabrication et au développement des structures sonores. Il étudie l'art du Cristal avec Michel Deneuve, Pluri-instrumentiste il est amené à l'écriture de musique de scène pour le théâtre, ainsi qu'au jeu d'acteur. Formateur, musicien, sa recherche du sens le pousse à travailler sur un concept d'Arts Mixés (Experimental Mixed Arts) , le temps suspendu.

VERONIQUE CONDESSE : harpe

98440dd343ad8c68957e814fbea7fcf9.gif

Après des études de musique classique au conservatoire de Montpellier et une spécialisation en musico-thérapie, Véronique Condesse s'oriente vers la musique médiévale et tout particulièrement vers la harpe qu'elle adopte définitivement pour interpréter les divers répertoires, du Moyen Age à la musique contemporaine. Soliste de Troubadours Art Ensemble, elle participe à tous ses enregistrements et concerts depuis 1999.

DENYSE DOWLING : flûtes, chalémie, bombarde

0f8c48d3ecf3bab8fff1e7df9551e95c.gif

Née à Londres où elle y fait ses études de musique, Denyse Dowling reçoit la plus haute distinction de la Royal School of Music England. Son parcours la pousse vers la pratique des musiques traditionnelles irlandaises et diverses expériences dans la World Music. Installée en France depuis 1980 elle exerce son talent au sein de plusieurs ensembles de musique ancienne.

PATRICE VILLAUME : vielle à roue ténor, tympanon

14925da51d74775803741ab79bb65992.gif


Après des études de musique médiévale à Paris, Patrice Villaumé se spécialise dans la pratique des instruments anciens avec différents groupes (Isengrin, La Compagnie médiévale, Viellistic Orchestra…), et finit par opter pour la vielle à roue ténor dont il est l'un des rares praticiens. Il participe depuis plusieurs années aux créations de Gérard Zuchetto.

GERARD ZUCHETTO

0be01bdb480a44903a5caca1b05eec46.gif Gérard Zuchetto chante les troubadours et la lyrique médiévale occitane dont il étudie les oeuvres poétiques et musicales dans les manuscrits originaux. Chercheur, compositeur, il puise aux sources du trobar l'originalité de sa propre création et une interprétation de la canso d'hier au plus juste de ses sonorités et de ses émotions. Expériences qu'il partage avec Troubadours Art Ensemble qu'il a créé et qu'il dirige.
Auteur, Gérard Zuchetto publie en 1996 Terre des troubadours, anthologie bilingue commentée et illustrée (Éditions de Paris / Harmonia Mundi : 455 pages avec CD), en 1998 un CDRom du même nom (Éditions de Paris / Studi / Le Seuil) et en 1999 Le livre d'or des troubadours (Éditions de Paris /Harmonia Mundi).
Gérard Zuchetto a publié quelque trente CD Albums consacrés aux troubadours et à la poésie occitane contemporaine, et effectué la direction musicale de plusieurs films pour la Télévision.

PRESSE

Junko Ueda, a master in musical silence ... a musical beauty, which is not known in Europe (West Deutsche Zeitung, Germany)
A voice full of mystery and solemnity, yet sensuality ... performing her instrument with an amazing precision and variety (Le Monde, France)
Breath taking beauty ... her audience are caught within two seconds (de Volkskrant, Holland)

The two singers, Sandra Hurtado-Ròs and Gerard Zuchetto showed a remarkable control of line - phrase expanded from a diaphanous clarity to intense richness and back again. Intonation throughout was remarkable and showed great timbral purity Cecilia Xuereb (The Sunday Times)
(...) la jeune Trobairiz Sandra Hurtado-Ròs renoue avec ses racines sévillanes : des aigus faciles comme des mots d'enfant, des graves de velours andalou. Elle maîtrise les techniques du chant long de Bernart de Ventadour, l'éloquence de Gaucelm Faidit, l'audace de Giraut de Bornelh. Et des orientalismes séfarades, elle sait les nuances impalpables, module et développe un ornement. Tout cela avec la grâce et la conviction d'une Dame de jadis qui dit la vie de tous les jours, les tragédies de toujours. Sandra Hurtado-Ros, mince flamme rouge et noire, trouve un bel écrin pour son chant, un climat magique avec Véronique Condesse-Bonnevide, Gérard Zuchetto et André Rochard. Cet ensemble là connaît la force des sentiments. Ceux qui traversent les âges. Une Errance où l'on ne se perd pas. Michèle Fizaine (Midi Libre).

Chanteur, joueur de Oud (luth, le fabuleux instrument de la musique orientale) et de Hautbois, Fawzy Al Aiedy est né en Irak entre deux pluies. Grâce à sa double culture et parce qu'il vit depuis plus de vingt-cinq ans à Paris, Fawzy a su faire connaître la musique irakienne et proche-orientale au grand public européen ; il est ainsi l'un de ces artistes qui sont des points de passage entre l'Orient et l'Occident, l'un de ces modestes et talentueux artisans de la paix. (Mondomix)
Fawzi al-Aiedy, insoumis lui aussi, fuit sa famille à quatorze ans, quand le chemin de la musique lui fut interdit. Refusant de servir un système politique qu'il contestait, il s'exile en France. Dans le CD « Tarabadours », qui mêle le « tarab » (extase), propre à la musique arabe, et l'art des troubadours occitans, avec Gérard Zuchetto, on se retrouve totalement dans cette quête poétique. Ces orfèvres nomades pérégrinent à travers les siècles et les mers, sur les traces d'une lyrique d'oc et d'or. (L'Humanité)

Comme un voyageur intersidéral débarqué tout droit du XIIIème siècle… Gérard Zuchetto a l'air badin. Son grand art est évidemment la transgression. Une liberté héritée de cette période considérée à plus d'un titre comme préfiguratrice de la world music, avec ses ornementations arabo-andalouses et ses articulations légères. Chez Zuchetto, il n'y a pas de connaissance qui ne soit incarnée, pas de théorie sans création. L'art du sculpteur de sons d'aujourd’hui, comme il se définit lui-même, est de jongler avec la musicalité profonde du mot dans un enchevêtrement métrique et mélodique, l'entrebescamen. Emmanuelle Honorin (Le Monde de la Musique).
La profonda conoscenza del repertorio trobadorico unita a una ferma volontà di ricreare il canto della tradizione poetica occitana, o in lingua d'oc, sono gli elementi che più di ogni altro caratterizzano la discografia di Gérard Zuchetto e del Troubadours Art Ensemble, che da anni si dedicano al richissimo repertorio della lirica provenzale. Attraverso lo studio della produzione poetico-musicale dei trovatori – poeti itineranti, attivi nei secoli XII e XIII in un'area che andava della Catalogna, passando per la regione occitanica, sino alle regioni nord-italiche- Zuchetto ha saputo ritagliarsi nel settore della musica medievale un angolo privilegiato ; una scelta cronologicamente limitata, ma que gli ha permesso di sviscerare questo repertorio attraverso lunghi studi e ad attualizzarlo in interessanti proposte discografiche. Franco Bruni ( Medioevo Roma)

Les commentaires sont fermés.